Bears vs Babies, le test

Mais pourquoi sont-ils aussi méchants (et poilus) ?

Infos jeu

  • Familial
  • Elimination de joueur
  • 2 à 5
  • 7+ ans
  • 15 à 20 min
  • Matthew Inman, Elan Lee
  • Matthew Inman
  • novembre 2017
  • 20 €

REVIEW OVERVIEW

Prise en main
Rejouabilité
Matériel
Interaction

Notre avis

Bears vs Babies c’est le jeu de soirée simple à expliquer où les parties s’enchaînent et pour lequel vous n’aurez aucun mal à convaincre les plus récalcitrants aux jeux de société.
Recommandé

Ok nous aimons les bons gros jeux débordant de matériel et de réflexion… mais quand ça combine les auteurs d’Exploding Kittens et une boîte poilue, difficile de résister !

Bears vs Babies, en bref : assembler avec des cartes un monstre improbable, aussi drôle à regarder qu’à entendre sa description énoncée, que l’on enverra défier l’armée de bébés de son choix

Bears vs Babies : thème ou thème pas

« Vous devez créer de puissants ours (et autres monstres) pour dévorer d’affreux bébés » Et sinon, on commence les cauchemars tout de suite ou…

Le décor est planté, les cartes à combiner avec leurs accroches hilarantes enfoncent le clou. On n’est pas dans la grande immersion, mais on plonge dans le délire des auteurs sans traîner.

Le matériel de Bears vs Babies

Avec un jeu à base de cartes on ne s’attend pas à grand chose mais ici la boite en peau d’ours (synthétique) flatte l’œil et fait suer pour être rangée. Les cartes sont de très bonne facture et les diverses piles de cartes se paient le luxe de reposer sur un petit tapis en tissu rappelant les actions possibles.

En complément du livret de règles illustré et particulièrement didactique et fun, l’éditeur a glissé une « Foire aux questions ».

Les cartes sont empilées dans un thermoformage qui ne résistera pas à votre envie de « sleever » les cartes. Dommage.

N’allez pas trop vite au déballage et au mélange des deux paquets de cartes, ceux-ci doivent rester séparés pour votre première partie qui servira de tutoriel avant d’intégrer des perturbateurs.

Le principe de jeu dans Bears vs Babies

Tout le monde démarre avec 6 cartes en main tirées au hasard. Si parmi ces cartes se cachent un ou plusieurs bébés, vous les défaussez sur les zones correspondantes (air, terre ou mer) du tapis de jeu et complétez votre main.

A chaque tour, 3 possibilités : passer à l’action, hurler lancer un défi ou faire les poubelles.

Passer à l’action = piocher / poser

Cette phase permet de piocher ou poser des cartes. L’action peut être répétée de 2 à 4 fois (en fonction du nombre de joueurs).

Si je ne peux / veux rien poser, je pioche. Si c’est un bébé : tapis. Sinon, action suivante.

Je pose mes cartes pour assembler mes morceaux de monstres par les coutures (tête, corps, pieds et bras) pour cumuler les points de force. Hormis le fait de commencer par la tête, pas d’obligation de terminer un monstre pour en créer un autre.

Chaque monstre créé est conçu pour défier un type de bébés déterminé par la couleur : rouge = air, vert = terre et bleu = mer.

Lancer un défi = à l’attaque !

Les piles de bébés sont des « armées ». Au fil des pioches, le bataillon grossit ses rangs et… parfois plus vite que l’on assemble ses montres…

Quand on se sent fort, on lance un défi contre un type de bébés en espérant que la force combinée de tous ses monstres de la couleur écrasera le total des cartes bébés ! Attention, vous n’entrez pas seul dans la bataille (tous les monstres des autres joueurs de cette couleur participent aussi) et il se peut que vous n’ayez pas la plus grosse

Le joueur dont la force de l’armée de monstres est supérieure ou égale à celle des bébés gagne la pile. Tout le monde défausse ses monstres qui ont combattu (avec succès ou non) et c’est reparti pour un tour. Si ce sont les bébés qui gagnent, même punition : tous les monstres de la couleur bataillée vont au tapis (de défausse).

Le twist de Bears vs Babies c’est que vous pouvez hurler « Défi ! » à tout moment même si vous n’êtes pas en mesure de gagner la guérilla, histoire de bousiller les monstres des adversaires par exemple. Ouais, on évitera de faire ça quand ça risque de leur refiler une collection de bébés en guise de trophées…

Faire les poubelles = s’équiper à moindre frais

A force de voir des monstres se faire démonter, on en perd les bons morceaux qui finissent à la défausse. L’action « faire les poubelles » permet d’aller chercher la carte de son choix et de l’ajouter à sa main. Histoire de bien ramasser la grosse arme ou l’objet qui fera la différence sans attendre que ça tombe à la pioche.

Comment gagner à Bears vs Babies ?

La partie s’arrête après un dernier tour qui suit le vidage des pioches. On totalise les cartes bébé remportées et on désigne le vainqueur au plus haut score.

Et Bears vs Babies, à deux ?

Rien n’empêche de jouer à deux mais l’intérêt de Bears vs Babies c’est bien de hurler « Défi » à celui qui est en train de peaufiner sa collection de monstres mais qui n’est pas prêt à en découdre à cet instant…

En duo, malgré les 4 actions par joueur c’est un peu plan-plan, un peu trop rapide mais ça passe, ça défoule. On aura tôt fait d’appeler les copains en renfort pour éviter le tête à tête !

Finalement, Bears vs Babies…

Un poil plus fun et complet qu’Exploding Kittens. Des monstres aux noms parfois hilarants à construire et des défis qui peuvent pleuvoir de n’importe où pour freiner la constitution de son armée. Attention, à trop en abuser on bloque le jeu car l’armée de bébés devient imbattable.

Ne jugez pas sur la première partie car le second paquet de cartes qui vient pimenter les suivantes apporte des objets, attaques ou outils de nettoyage bienvenus.

Règles de Bears vs Babies

Pas de règles en VF à télécharger. Uniquement en anglais, la VF vous l’avez dans la boîte ou largement dans le texte ci-dessus !

Résumé

  • Thème : Armé d’une pince de homard et d’une ribambelle de mitraillettes vous êtes prêt à défier une armée de bébés
  • Mécanique(s) : pose de cartes
  • Date de sortie :
  • Nombre de joueurs : 2 à 5
  • Qui : toute la famille
  • Âge : 10 ans et plus
  • Durée : 15/20 minutes
  • Auteur(s) : Elan Lee et Matthew Inman
  • Illustrateur(s) : Matthew Inman
  • Editeur(s) : Asmodée
  • Prix : 25 euros

Publications récentes

Endless Winter : fin de campagne !

Les projets de jeux illustrés par The Mico ne passent jamais inaperçus sous notre radar et la campagne Kickstarter de « Endless...

Vicomtes du Royaume de l’Ouest, le test

Le troisième et dernier épisode de la trilogie du Royaume de l’Ouest de Shem Philips est de sortie !

It’s a Wonderful World se joue en ligne

À l'heure de la livraison de l'extension Ascension, il est l'heure de ressortir les cartes et de faire chauffer le draft de...

L’Antre du Roi de la Montagne, le test

Premier jeu de la toute nouvelle gamme Expert de iello, L’Antre du Roi de la Montagne propose un matériel somptueux et de...

Pixie : la newsletter qui fait plaisir

On ne va pas se mentir, les éditeurs de jeux de société français ne sont pas les meilleurs sur les réseaux sociaux...

Dragon Castle : mode solo (officiel) en français

Vous avez une boîte de Dragon Castle qui prend la poussière et jouer avec ses jolies tuiles façon mah-jong vous démange ?...
Ben
Tout est parti d'un Carcassonne sur iPad... la tuile... car depuis les jeux de plateau sont devenus plaisir et passion du quotidien. En charge de la zone "expert" et "jeux cultes" de la collection. Références : les jeux de Stegmaier et Shem Philipps.

Laisser un commentaire