Candy Lab, le test

Infos jeu

  • Familial
  • 2-4
  • 8+ ans
  • 15 min
  • Thomas Danede
  • Alain Boyer
  • juillet 2020
  • 17 €

REVIEW OVERVIEW

Prise en main
Rejouabilité
Matériel
Interaction

Notre avis

Simple, rapide, interactif et addictif... Candy Lab est une réussite dans sa catégorie, à emporter avec vous en vacances !
Indispensable

Pour son troisième jeu, Funny Fox réitère la recette de Monster Rush : un petit jeu qui ne paie pas de mine et qui se révèle terriblement addictif

Candy Lab, en bref : je pose des cartes Commandes pour récupérer les bâtonnets bonbons correspondants et appliquer leurs effets sur le jeu des adversaires. Les cartes et bonbons collectés (si j’arrive à les garder…) seront mes points de victoire en fin de partie.

Le matériel de Candy Lab

Une petite boîte qui révèle à l’ouverture un cartonnage tout simple pour que tout soit bien rangé (trop rare pour ne pas être souligné !) :

  • 27 bâtonnets sucres d’orge colorés en plastique transparent
  • 42 cartes Commandes + 1 carte Sucre d’or
  • 4 cartes Aide-mémoire
  • 1 livret de règles

La signature de l’éditeur est bien présente : un prix contenu (17 euros environ) mais avec du matériel de très bonne qualité : les cartes résisteront aux assauts de vos nombreuses parties et les bâtonnets colorés respirent la solidité.

Candy Lab : thème ou thème pas ?

« Dans la fabrique de sucres d’orge, les machines tournent à plein régime. Vous incarnez des confiseurs qui s’activent pour mettre en boîte les précieux bonbons. Au milieu de toute cette agitation, vous devrez récupérer les bons bâtonnets de sucre d’orge pour réaliser vos commandes. Le meilleur d’entre vous remportera le titre tant convoité de Maître confiseur et repartira avec son poids en bonbons ! » 

Autant le dire tout de suite, le thème est là pour créer une ambiance et justifier le choix du matériel, mais rien dans le jeu ne va vraiment immerger le joueur et lui donner l’impression d’être un confiseur

Sucres d’orge ou pas, Candy Lab n’est pas un jeu à thème très profond et la jolie histoire racontée en introduction n’est pas très vivante durant la partie. Est-ce grave ? Non, pas vraiment car le matériel et le principe de jeu sont chouettes et font oublier le thème pour se consacrer à la collecte de bâtonnets et à l’interaction entre joueurs.

Le principe de jeu dans Candy Lab

La mise en place est simple et rapide :

  1. Alignez les 27 sucres d’orge au centre de la table
  2. Distribuez une main de cartes Commandes à chaque joueur (5 à 6 cartes en fonction du nombre de joueurs) + 1 Aide-mémoire
  3. Avec les cartes restantes, créez une pioche face cachée et révélez 3 cartes

À chaque tour de jeu, vous aurez 3 actions au choix : poser une carte (et réaliser la commande correspondante), remettre en jeu jusqu’à 3 de vos sucres d’orges pour piocher autant de nouvelles cartes (face visible ou face cachée) ou, dans le pire des scénarios, piocher une carte (car vous ne pouvez faire aucune des deux autres actions).

Bonbons au goût amer

Chacune de vos cartes représente un ou plusieurs sucres d’orge dans un certain ordre et une combinaison de couleurs et si vous retrouvez le motif dans la ligne centrale (la carte peut être retournée), posez la carte devant vous et prenez les bâtonnets correspondants. La carte et les sucres d’orge collectés totaliseront les points que vous allez empocher en fin de partie.

Et c’est tout ? Non, sinon ce serait trop facile… Chaque bâtonnet (ou presque) déclenche obligatoirement une action parmi :

  • Piocher une nouvelle carte
  • Défausser une carte de la main d’un autre joueur
  • Remettre en jeu un sucre d’orge de la couleur correspondante appartenant à un autre joueur (en lui faisant perdre les points associés)
  • Défausser la dernière carte posée par un joueur (et donc lui retirer autant de points)
  • Échanger votre main de cartes avec celle d’un autre joueur

Autant le dire tout de suite, Candy Lab est fortement interactif et c’est vite la course à la destruction de points chez les adversaires… mais attention tout de même à la pénurie de cartes si vite arrivée !

Quand il n’y en a plus… il n’y en a plus

Une partie de Candy Lab s’achève immédiatement dès qu’un joueur vide la ligne de bâtonnets (il empoche le sucre d’or et ses 3 points bonus au passage) ou lorsque la pioche face cachée est épuisée.

Malgré le peu de bâtonnets à disposition des joueurs, les effets déclenchés équilibrent la durée de la partie en obligeant à remettre en jeu des sucres d’orge ou à aller à la pêche aux cartes.

Votre score sera l’addition des valeurs des cartes posées et des bâtonnets que vous aurez réussi à conserver jusqu’au bout.

Et Candy Lab, à deux ?

Ce type de jeu avec une forte interaction se révèle parfois bien moins intéressant à 2 qu’à 3 ou 4 joueurs, mais l’auteur a eu la bonne idée de créer une 3ème main de 6 cartes à disposition des 2 protagonistes principaux.

Ainsi, lors du déclenchement de l’effet d’échange de main, cela permet d’éviter d’aller chercher la main presque vide de l’adversaire et de refaire le plein de cartes !

Nous avons pris énormément de plaisir à deux joueurs comme à plus grâce à cette interaction directe.

Finalement, notre avis sur Candy Lab…

Candy Lab c’est le genre de petit jeu qui en a sous le couvercle alors que la boîte se noie parmi des centaines du même format et aux noms tous plus accrocheurs. Mais celui-ci a un petit truc en plus, un quelque chose qui fait que même si nous sommes fortement versés sur les gros jeux experts, on a envie d’y revenir entre deux longues sessions. Mieux encore, Candy Lab se joue si rapidement, que l’on se prend à enchaîner 2 ou 3 parties pour asseoir une domination ou laver un honneur entaché de sucre de défaite.

Si nous devions lui reprocher quelque chose, car il y a TOUJOURS un « mais », c’est le manque d’une ou deux variantes de règles pour ajouter un peu de sel à la recette sucrée. À vous/nous de les inventer !

Règles de Candy Lab

Télécharger “Candy Lab, les règles” Candy-Lab.pdf – Téléchargé 19 fois – 10 MB

Publications récentes

Endeavor : le mode solo non officiel en français

La dernière édition d'Endeavor permet désormais de jouer à 2 joueurs mais toujours pas de trace d'un mode solo. Il n'est effectivement...

Le dernier Leder Games s’annonce Fort intéressant

L'éditeur de Root ne fait pas que dans le gros jeu asymétrique et le prouve avec la sortie prochaine de "Fort" un...

L’Âge de Pierre, un mode solo officiel en français

Après Carcassonne et quelques autres jeux, l'éditeur Hans im Glück continue d'alimenter sa collection de "modes solo". C'est au tour de L'Âge...

Demeter : la feuille Automne est tombée

Il y a quelques jours, Sorry We Are French annonçait ses nouveautés à venir dans les prochains mois dont... du nouveau contenu...

Superlude signe Tiny Reef, un Flip & Write de Jordy Adan

Et de 3 ! Après, le très bon Inkalam, l'original Licornizer, c'est maintenant Tiny Reef qui rejoint la collection Print & Play...

Margraves de Valeria, le test

Margraves de Valeria c’est un énième jeu dans l’univers de… Valeria (oui, c’était facile) connu principalement pour sa déclinaison « Valeria : le...
Ben
Tout est parti d'un Carcassonne sur iPad... la tuile... car depuis les jeux de plateau sont devenus plaisir et passion du quotidien. En charge de la zone "expert" et "jeux cultes" de la collection. Références : les jeux de Stegmaier et Shem Philipps.