Bunny Kingdom in the Sky, le test

Un pack de lapins qui monte au septième Ciel

Infos jeu

  • Familial
  • Draft, Placement
  • 2 à 5
  • 12+ ans
  • 45 min
  • Richard Garfield
  • Paul Mafayon
  • avril 2019
  • 30 €

REVIEW OVERVIEW

Prise en main
Rejouabilité
Matériel
Interaction

Notre avis

Un ajout sympathique à un jeu déjà très agréable et un élargissement bienvenu à un participant de plus !
Recommandé

Un peu moins de deux ans après le jeu de base, Richard Garfield et son éditeur (iello) donnent une « suite » à Bunny Kingdom sous la forme d’une extension. Cette boîte ajoute un 5ème joueur et une nouvelle aire de jeu dans les nuages.

Note : si vous ne connaissez pas le jeu, je vous invite à revoir le test de Bunny Kingdom, publié en fin d’année 2017 pour vous faire un idée.

Bunny Kingdom in the Sky, en bref : j’ajoute un Grand Nuage au-dessus du Nouveau Monde dans lequel je vais pouvoir placer mes lapinous, installer un nouveau format de Cité (la « Carottadelle ») et exploiter de nouvelles ressources. Pas de gros changement à l’horizon hormis l’ajout d’un nouveau modificateur de score : le « Commerce ».

Le matériel de Bunny Kingdom in the Sky

On ne change pas un matériel gagnant : lapins, cartes, Cités, Relais, plateau… On ne fait qu’augmenter la quantité pour ajouter le 5ème joueur et alimenter les nouveautés (pièces pour le Commerce et Carottadelles).


Pas de surprise sur l’esthétique et la qualité de fabrication depuis l’édition de base.

Les nouvelles « Carottadelles » apportent une touche colorée à côté des Cités beige un poil ternes.

Si la boîte n’avait pas été conçue pour être le pendant de la boîte de base, on aurait pu se passer d’un emballage aussi encombrant et plein de vide. Notez que tout le matériel de l’extension peut être rangé sans mal dans la boîte de base.

Bunny Kingdom in the Sky : thème ou thème pas ?

« Depuis que le Général Mafayette, à bord de son dirigeable, a repéré un mystérieux Grand Nuage, le Nouveau Monde n’est plus le seul territoire inconnu à conquérir. Le Roi Lapinot a donc étendu vos missions d’exploration »
Niveau thème, ce n’était déjà pas fou dans le jeu Bunny Kingdom de base et l’ajout du royaume flottant ne change pas grand chose à ça.

Le principe de jeu dans Bunny Kingdom in the Sky

Je vous passe allègrement le principe général du jeu (que vous retrouverez dans le test original de Bunny Kingdom) pour m’intéresser véritablement aux changements « majeurs » :

  • la construction de « Carottadelles »,
  • les « Arcs-en-Ciel » et « Cheminées »,
  • les « Exploitations merveilleuses »,
  • le « Commerce ».

En jeu, le plateau additionnel de Bunny Kingdom in the Sky se révèle plein de ressources « merveilleuses » et ses cases « décalées » incitent et facilitent sa colonisation (si la pioche suit !). En fin de partie, ce seront autant de multiplicateurs de points qui alimenteront le Commerce !

Carottadelle : la Cité puissance 5

Nouveau format de Cité surdimenssionné, la Carottadelle rentre au chausse-pied dans les cases et vient offrir une puissance de 5 pour votre fief s’il n’a pas atteint cette valeur (elle ne vaut rien si les Cités du fief totalisent plus de 5).

Concrètement cela permet de réaliser assez vite un fief à gros multiplicateur mais attention, il n’y a que 3 Carottadelles dans le jeu…

Arcs-en-Ciel : passer par la Cheminée ?

On va faire simple : les Arcs-en-Ciel sont ni plus ni moins des relais aériens entre le Grand Nuage et le Nouveau Monde (plateau principal). Ils permettent donc d’agrandir un fief et de profiter de tous les bénéfices du royaume des cieux. Un détail important : à chaque construction vous pourrez déplacer le jeton Arc-en-Ciel pour le mettre sur un autre fief qui vous paraît plus intéressant !

La Cheminée vient rendre disponible une ressource du fief à laquelle elle appartient pour tous les autres territoires lors de la Collecte des Carottes d’Or. Il est en plus possible de choisir la ressource à chaque comptage intermédiaire ! Ça va carotter sévère.

Exploitations merveilleuses : ce n’est pas du luxe !

Sur fond rose, les 12 ressources merveilleuses uniques produites par ces nouvelles exploitations sont cantonnées au 31 cases du Grand Nuage. Une carte ressource = une case du plateau, point de jeton à disposer comme on veut (ce ne sont pas des ressources de luxe…).

Lors de la Collecte et du comptage de la richesse des fiefs, elles sont comptabilisées de la même manière qu’une ressource de luxe mais viennent grossir le score de commerce en fin de partie.

Commerce : on n’est pas aux pièces

Dernière nouveauté de Bunny Kingdom in the Sky : les pièces collectées en cours de partie et utilisée au décompte du score final.
À chaque fois qu’un lapin vient former un couple district, vous gagnez une pièce. Quelle que soit la manière dont vous « rapprochez » deux lapins solitaires (avec ou sans intermédiaire), vous avez droit à une pièce.
Si vous vous débrouillez bien, il y a moyen de collecter pas mal de pièces et la formule qui suit va faire exploser le score (88 points sur 293 à notre première partie !) :

nombre de pièces x (nombre de ressources de luxe + nombre de ressources merveilleuses)

Je me demande pourquoi les règles ont choisi de parler de « Commerce » car il n’y a aucun échange, uniquement des pièces et des ressources produites…. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus technique, plus engageant.

Et Bunny Kingdom in the Sky, à deux ?

L’objectif de l’extension c’est de passer la cinquième pas de renforcer le jeu en duo. Donc à part le passage à 12 cartes en main + 12 cartes en réserve, rien de neuf !

Le jeu reste toujours aussi tendu à deux et les croche-pattes de lapin à base de je défausse contre l’autre sont toujours de mise.

Finalement, Bunny Kingdom in the Sky…

Sans révolutionner le jeu, cette extension apporte (enfin !) un cinquième joueur et amène de nouveaux moteurs de points. On est dans la lignée du jeu original avec un matériel de bonne qualité et toujours aussi séduisant niveau esthétique.
L’extension est facile à gérer et à intégrer au Bunny Kingdom de base (ce qui n’est pas toujours le cas) mais finalement ne change rien au léger manque d’interaction que nous trouvons au jeu.

Règles de Bunny Kingdom in the Sky

Télécharger “Règles de Bunny Kingdom in the Sky” BunnyKingdom-Extension.pdf – Téléchargé 70 fois – 5 MB

Publications récentes

Endeavor : le mode solo non officiel en français

La dernière édition d'Endeavor permet désormais de jouer à 2 joueurs mais toujours pas de trace d'un mode solo. Il n'est effectivement...

Le dernier Leder Games s’annonce Fort intéressant

L'éditeur de Root ne fait pas que dans le gros jeu asymétrique et le prouve avec la sortie prochaine de "Fort" un...

L’Âge de Pierre, un mode solo officiel en français

Après Carcassonne et quelques autres jeux, l'éditeur Hans im Glück continue d'alimenter sa collection de "modes solo". C'est au tour de L'Âge...

Demeter : la feuille Automne est tombée

Il y a quelques jours, Sorry We Are French annonçait ses nouveautés à venir dans les prochains mois dont... du nouveau contenu...

Superlude signe Tiny Reef, un Flip & Write de Jordy Adan

Et de 3 ! Après, le très bon Inkalam, l'original Licornizer, c'est maintenant Tiny Reef qui rejoint la collection Print & Play...

Margraves de Valeria, le test

Margraves de Valeria c’est un énième jeu dans l’univers de… Valeria (oui, c’était facile) connu principalement pour sa déclinaison « Valeria : le...
Ben
Tout est parti d'un Carcassonne sur iPad... la tuile... car depuis les jeux de plateau sont devenus plaisir et passion du quotidien. En charge de la zone "expert" et "jeux cultes" de la collection. Références : les jeux de Stegmaier et Shem Philipps.