Mur d’Hadrien, le test

Au pied du mur, soyez fort !

Infos jeu

  • Connaisseur
  • Flip & Write
  • 1-6
  • 14+ ans
  • 60 min
  • Bobby Hill
  • Sam Philips
  • octobre 2021
  • 45 €

Nos notes

Prise en main
Rejouabilité
Matériel
Interaction

Notre avis

Un gros et joli Flip & Write à combos comme nous les aimons pour une rejouabilité sans limites ! À essayer absolument.
Recommandé

Après les trilogies de jeux à succès du côté de la Mer du Nord et du Royaume de l’Ouest, Shem Phillips continue ses premiers tours de roue avec son illustrateur de frère, Sam Phillips. Après avoir œuvré ensemble sur Pillards de Scythie (une refonte de Pillards de la Mer du Nord) voici Mur d’Hadrien, un véritable ovni parmi les productions Garphill Games : fini les dérivés du placement d’ouvriers sur plateau et place à un Flip & Write ambitieux… signé Bobby Hill chez Pixie Games.

Mur d’Hadrien, en bref : je collecte des ressources et différents types d’ouvriers que je vais atteler à développer mon fort et à défendre le mur (d’Hadrien). À chaque manche (année), je dois choisir différentes affectations sur les nombreux ouvrages / actions disponibles pour développer ma stratégie au long cours.

Le matériel de Mur d’Hadrien

La boîte de Mur d’Hadrien détonne par rapport aux autres jeux de type Roll/Flip & Write mais se conforme aux cotes des jeux de Shem Phillips : une boîte carrée relativement profonde.

À l’intérieur du gros écrin cartonné à l’illustration réaliste et colorée, vous trouverez :

  • 2 blocs de 200 feuilles de jeu chacun
  • 6 plateaux Joueur (en 2 parties)
  • 90 meeples en bois de 4 couleurs
  • 50 ressources en bois
  • 48 cartes Destin
  • 72 cartes Joueur (12 par joueur)
  • 1 livret de règles de 24 pages

La fourniture est généreuse avec 200 feuilles de jeu qui laissent de quoi faire quelques parties et de nombreux éléments complémentaires (cartes et pièces en bois). Les illustrations sont plutôt jolies si l’on adhère au style de Sam Phillips (en essayant de faire abstraction de la dizaine de boîtes Garphill Games précédemment signées « The Mico » qui trônent sur nos étagères…)

Petit bémol sur les feuilles de score dont les couleurs paraissent plutôt ternes mais cela s’explique certainement par un « choix d’édition » afin de rendre plus lisibles les gribouillages dessins qu’il faudra y faire.

Mur d’Hadrien : thème ou thème pas ?

« Lors de sa visite en Bretagne en 122 après J.-C., l’empereur romain Hadrien Auguste a été témoin des conséquences de la guerre entre ses armées et les Pictes sauvages. Comme démonstration de la puissance romaine, il a ordonné la construction d’un mur de défense qui séparerait les tribus Pictes du reste de la Bretagne. Ce mur s’étendrait sur 80 miles romains, d’une côte à l’autre de la Bretagne. »

Passé ce brin d’histoire romaine, il ne faudra pas s’attendre à l’immersion profonde que peuvent offrir certains jeux de plateau. De par la nature même des Roll/Flip & Write, il n’y a guère que le design et quelques éléments de mécanique qui parviennent à appuyer le thème. Dans Mur d’Hadrien, il faudra s’en tenir aux cases remplies et faire preuve d’imagination pour matérialiser la construction du fort et des différents bâtiments.

Mise en place d’une partie de Mur d’Hadrien

Hormis les réserves de meeples ouvriers à constituer et la présence de 2 feuilles de score par joueur, rien de révolutionnaire ni de bien fastidieux côté mise en place de Mur d’Hadrien.

Chacun assemble son plateau joueur (en 2 morceaux), mélange son deck de 12 cartes et récupère ses 2 feuilles et un crayon.

Pour le centre de table, il reste la pile de cartes Destin à mélanger et, à moins de 3 joueurs, un ou deux paquets de cartes à mélanger pour « simuler les absents ».

Le principe de jeu dans Mur d’Hadrien

Avant de vous lancer, pensez à définir le niveau de difficulté de la partie sans être trop prétentieux lors de vos premières sessions… Ce réglage de difficulté influera sur les vagues d’attaques en fin de manches.

Vivement la nouvelle année !

Une partie de Mur d’Hadrien dure 6 années (6 manches, hein ! Sinon ça fait vraiment longuet…) qui débutent par la pioche d’une carte Destin afin de définir le nombre de ressources et de chaque sorte d’ouvriers auxquels tout le monde à le droit.
Chaque joueur tire ensuite 2 cartes de son « deck personnel » pour en choisir une en tant que « carte Chemin » (conditions de score de fin de partie) et l’autre en tant que « carte Prospection » (pour ses quelques ressources / ouvriers supplémentaires).

Remplissage sous condition

Une fois les ressources et ouvriers collectés, chaque joueur se lance dans la multitude de cases à cocher possibles dont un certain nombre ne peuvent être gribouillées que sous certaines conditions.

La feuille de gauche comporte des pistes dédiées à la construction des défenses (cohortes, mur, garde, cippi, etc), à diverses sources d’ouvriers et de ressources et aux pistes d’attributs (qui s’additionneront pour le score final).

Sur la feuille de droite, les cases cochées mesureront votre développement par le biais des pistes de 5 types de citoyens qui permettent de débloquer de nombreux bâtiments et récompenses thématiques. Cette seconde feuille se révélera parfois frustrante car il faut bien penser à construire le bâtiment (en répondant aux pré-requis indiqués) avant de s’empresser de cocher le bonus convoité !

Icônes en stock

Le Mur d’Hadrien aiguisera votre vigilance face aux multiples icônes qui une fois rayées octroient de nouveaux ouvriers, rapportent de nouvelles ressources ou vous permettent de progresser sur les pistes d’attributs. Votre stratégie évoluera au gré de votre stock acquis en début de manche tout en restant fortement guidée par les cartes Chemin accumulées qu’il ne faudra pas trop laisser de côté…

Plus vous avancerez dans la partie plus vous déclencherez de combos à chaque case cochée, allongeant petit à petit la durée de chaque manche. Notez qu’une partie de Mur d’Hadrien nécessitera près d’une heure de jeu devant soi, peu importe le nombre de joueurs.

Cohortes en formation

Le développement des différentes zones de défense (feuille de gauche) offre des opportunités de cocher les cases des 3 cohortes disponibles (gauche, centre, droite). En fin de manche, votre année sera marquée par l’attaque des Pictes qui, en révélant un certain nombre de cartes Destin (en fonction du niveau de difficulté), arriveront dans l’une des 3 directions correspondantes.

Si vous parvenez à repousser les attaques de toutes parts (comptez sur la chance en début de partie !), votre résistance sera récompensée par des points de Vaillance. Dans le cas contraire vous absorberez peut-être une combinaison de Vaillance et de Disgrâce… si ce n’est que de la Disgrâce…
Notez que la Disgrâce gagnée peut-être soignée annulée par des pots-de-vin que vous négocierez aux Bains (un des bâtiments de la feuille de droite).

Le score de fin de partie sera façonné par l’addition des niveaux atteints sur les 4 pistes d’attributs (Renommée, Piété, Vaillance et Discipline) auquel les points perdus en fonction de votre Disgrâce finale sont retranchés. Enfin, les 6 cartes Chemin de chaque joueur sont évaluées une à une pour éventuellement offrir des bonus qui peuvent faire la différence avec vos adversaires.

Mur d’Hadrien, à combien y jouer ?

La boîte annonce des parties pour 1 à 6 joueurs mais ce Mur d’Hadrien entre la catégorie des jeux qui fonctionnent aussi bien quel que soit le nombre d’invités.

N’offrant quasiment aucune interaction entre joueurs (à part jeter un oeil à la carte Destin du voisin et lui refiler une ressource à l’occasion), la partie ressemble plus à un « solo multijoueurs » où chacun plonge le nez dans ses feuilles jusqu’à avoir épuisé toutes ses ressources.

Cette absence d’interaction a au moins l’avantage de ne pas rallonger le temps de jeu qui ne dépendra que du temps de réflexion de chacun !

Campagne solo pour aller plus loin

En exploitant l’aspect historique du Mur d’Hadrien, l’auteur du jeu a conçu une campagne en 16 épisodes (soit autant que le nombre de principaux fortins construits le long de l’édifice) que nous avons traduite et que vous pouvez télécharger ici.

Cette campagne propose de légers ajustements de règles (parfois contraignants) ainsi que des objectifs et défis pour chaque partie.

Même si la campagne est annoncée pour les joueurs solitaires, rien n’empêche de s’y lancer à plusieurs et d’envisager une condition commune ou limitée à l’un des participants !

Finalement, Mur d’Hadrien…

Avec un travail d’illustration poussé, une thématique bien posée par un matériel généreux, ce premier Flip & Write publié par Garphill Games / Pixie Games coche pas mal de cases pour en faire un jeu original et de qualité.
Ce n’est certainement pas un « petit jeu rapide » comme la plupart des jeux de la catégorie mais il n’en reste pas moins accessible et agréable à jouer.

Mur d’Hadrien fait le choix de la myriade d’options distillées au fil d’un long livret de règles qui détaille parfaitement les 2 feuilles de score de chaque joueur qui peuvent rebuter… Mais, bonne surprise dès la première partie, les nombreuses cases à cocher et combos à activer sont souvent rémunérateurs et assez rarement bloquants/frustrants.

Il faudra sans aucun doute quelques parties pour avoir une bonne vue d’ensemble des possibilités et des combos disponibles et réussir à étayer une stratégie efficace.

Bobby Hill délivre un Flip & Write plutôt original et complet qui aura sa place sous le crayon des amateurs du genre et que nous ressortons assez régulièrement depuis que nous avons mis la main sur la boîte (merci Pixie !)

Cependant nous cherchons encore le lien entre cette boîte et Pillards de Scythie qui partagent la même esthétique…

Publications récentes

Ben
Tout est parti d'un Carcassonne sur iPad... la tuile... car depuis les jeux de plateau sont devenus plaisir et passion du quotidien. En charge de la zone "expert" et "jeux cultes" de la collection. Références : les jeux de Stegmaier et Shem Philipps.

Laisser un commentaire